Mixité logements - entreprises au Château Nagelmackers à Angleur

Début des travaux de la restauration du Château Nagelmackers

Ce mercredi 28 novembre, André Antoine (Vice-Président du Gouvernement wallon, Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial), Jean-Claude Marcourt (Ministre de l'Economie, de l'Emploi, du Commerce extérieur et du Patrimoine ), Paul-Émile Mottard (Député provincial en charge du Logement ), Julien Mestrez (Député provincial en charge de l'Economie et Président de la SPI+), Jean-Pierre Hupkens (Échevin de la Culture de la Ville de Liège et Président de la Société de Logements « Le Logis Social» ) et Jean-Géry Godeaux (Échevin des Travaux de la Ville de Liège) ont lancé les travaux de restauration du Château Nagelmackers à Angleur.

Ce projet est novateur et ambitieux à plus d'un titre : par sa mixité « logements-entreprises » en l'occurrence dans un monument classé inscrit sur la liste de l'Institut du Patrimoine wallon (IPW), par l'association de compétences multiples à l'origine de sa concrétisation et par l'implication des habitants du quartier dès sa mise en oeuvre.

Un peu d'histoire

Le château d'Angleur est une belle maison de plaisance, élevée par Gérard-Assuère-Louis, baron d'Horion et seigneur d'Angleur, vers 1720-1730. Du début du 19ème siècle et jusqu'après la Première Guerre mondiale, le château est occupé par une grande famille d'hommes d'affaires liégeois qui donna à la bâtisse sa dénomination actuelle de « Château Nagelmackers ». Il fut ainsi occupé par Georges Nagelmackers, fondateur de la Compagnie internationale des Wagons-Lits, et Gérard Nagelmackers, créateur de la Banque du même nom.

Propriété d'une société immobilière anversoise ensuite et d'un certain Ulrich de Fraipont à partir de 1930, le château devient propriété communale en 1939. Il accueille successivement une école professionnelle, une école de police et l'Administration communale d'Angleur, le temps de la reconstruction du château de Peralta situé à proximité. En 1995, il est acheté par un particulier qui veut trouver des pistes pour le réaffecter.

L'ensemble, composé d'un corps de logis principal précédé d'une cour d'honneur et flanqué de deux grandes ailes de dépendances élevées en briques et calcaire, a été classé comme monument en 1984 (façades et toitures). Il fut inscrit sur la liste de l'Institut du Patrimoine wallon en 1999 avec comme objectif de le sauver, son état de délabrement étant alors avancé.

Le projet de réaffectation : mixité logements-entreprises

A la demande de la Société de Logements « Le Logis Social », l'Institut du Patrimoine wallon (IPW) réalise en 2003 une étude concluant à la faisabilité architecturale, technique et financière de l'implantation de 20 logements sociaux dans les dépendances du château.

Afin de garantir une affectation à l'ensemble du site, l'IPW étudie la possibilité d'aménager des bureaux dans le corps de logis, proposition retenue comme respectueuse des lieux et financièrement réaliste. Parmi les partenaires potentiels consultés, c'est finalement l'agence de développement économique de la province de Liège, la SPI+, qui a répondu favorablement au projet.

En collaboration avec le Logis Social, la SPI+ s'est aussitôt attelée à entreprendre les démarches administratives pour l'acquisition du bien ainsi que les procédures d'obtention du permis d'urbanisme. Le nouvel Espace Entreprise comportera 11 bureaux, 2 salles de réunions, une cuisine/réfectoire et un espace d'accueil commun. Il est destiné à héberger des PME de services.

L'Auteur de projet, le bureau AWarchitectes, en concertation avec les représentants de la Division du Patrimoine et la CRMSF, ont opté pour un parti architectural résolument contemporain pour les dépendances du château. Ayant été fortement remaniées et abîmées au cours du dernier siècle, celles-ci permettaient une grande liberté d'expression et des interventions franches afin de répondre au programme d'affectation prévu. Le projet prévoit ainsi la pose d'un bardage métallique en acier galvanisé devant les façades des dépendances, permettant « l'harmonisation » des ouvertures organisées en fonction du programme.

Le corps de logis principal, par contre, sera restauré dans le respect de son caractère patrimonial encore bien conservé, hormis quelques interventions nécessaires au bon fonctionnement de sa nouvelle affectation.

Un projet fédérateur

La collaboration étroite entre les maîtres de l'ouvrage, l'auteur de projet et les représentants du Patrimoine ont permis l'obtention du certificat de patrimoine et le permis d'urbanisme dans un délai très court au vu des importants travaux de restauration, soit une procédure ouverte en avril 2005 et clôturée en janvier 2007. Le coût total des travaux s'élève à 3.385.982,24 €.

L'heureux aboutissement du projet résulte de la collaboration entre tous les intervenants, rassemblés par les mêmes objectifs. Pour mieux associer les riverains à la démarche, les élèves d'écoles primaires du quartier ont été sensibilisés préalablement au projet, ils pourront ainsi être un vecteur vers les adultes des actions entreprises dans le cadre de leur voisinage scolaire.

Pour Julien Mestrez : « Après les Espaces Entreprise de Verviers et de Waremme, après le Vertbois et le site Pieper, il s'agit d'une nouvelle illustration de la politique menée par la SPI+ depuis une dizaine d'années : le retour d'entreprises, ne nuisant pas au voisinage, en ville et au cœur des villages ».

En Bref

Projet de restauration :
20 logements dans les dépendances
1 Espace Entreprise de 11 bureaux dans le logis principal

Maître de l'ouvrage :
SPI+ pour le corps de logis
Le Logis Social pour les dépendances

Auteur de projet : AWarchitectes

Coût total des travaux : 3.385.982,24 € TVAC

Interventions :
Société wallonne du Logement : 28,1 %
Ministère de la Région wallonne-DGEE 32,1%
(Direction de l'Equipement des zones industrielles)
Ministère de la Région wallonne-DGATLP 21,5 %
(Division du Patrimoine-Direction de la Restauration)
Province de Liège : 4,7 %
Ville de Liège 0,3 %
Maître de l'ouvrage Espace Entreprise: SPI+ 3,4 %
Maître de l'ouvrage Logements sociaux :Le Logis Social 9,9 %